Portail des ExplorateursWikidébrouillardLéon DitFLOGPhoto mystèreJ'ai FaitPortraitsAnnuaire
21
032009

Portraits

Beaucoup de gens ont un métier en lien avec les sciences, publiez ici leurs portraits. Les lieux de sciences, industriels, technologiques sont également nombreux, publiez vos reportages ici !

Michel Briand, mister TIC !

Par : antony , le 21 mars 2009

Michel Briand est élu de la ville de Brest et Directeur Adjoint de la Formation à Telecom Bretagne.

Le site de la Telecom Bretagne : http://www.telecom-bretagne.eu/

Le site de la ville de Brest : http://www.mairie-brest.fr/

Le site de Créatif : http://www.creatif-public.net/

D’abord, quel a été ton parcours scolaire dans les grandes lignes :
A l’école primaire : Une scolarité au gré des mutations de mes parents. A l’époque les instituteurs débutants effectuaient leurs premières années dans les écoles rurales des villes où travaillait mon père (Brest, Cherbourg) souvent en classe à effectifs réduits du fait de la domination de l’enseignement primaire catholique.

Après quelques rapides années en primaire à deux classes au Drennec et trop jeune pour aller au collège en bus à Brest j’ai refait un cm2, en "préparation du certificat d’étude" une année à "ne rien faire" qui m’a marquée ..

A cette époque tu te disais : « Quand je serai grand, je serais….. »
Je n’avais pas de projets précis, j’ai surtout le souvenir du plaisir d’apprendre.
Et au collège ? Deux premières années de collèges un peu décalées à Oran un an après l’indépendance de l’Algérie, mais un bon souvenir et la découverte de beaucoup de choses à apprendre.
Ensuite au lycée, là, quels a été tes choix d’orientation, qu’est-ce qui te motivait ? Une scolarité classique au lycée de l’Harteloire et une orientation naturelle vers les sciences puisque puisque j’aimais cela et une suite logique en "prépa" à Kerichen puis à Chateaubriand qui préparait mieux à certains concours. Avec la découverte à Rennes d’une première autonomie vis à vis de la famille et des espaces de discussion entre étudiants .

Ensuite ? Le plaisir d’intégrer rapidement une école généraliste (Centrale Paris) et d’y découvrir la liberté étudiante, les débats d’idée, les vendanges dans le beaujolais et l’implication associative au sein de l’école, (journal étudiant), écologiste (contre un projet d’autoroute, quelques semaines au Larzac ..) et culturelle (Festou noz à Centrale, musique folk sur Paris).

J’en retire juste le regret que l’enchainement entre le lycée et le parcours de formation qui oriente ta vie soit si rapide. La découverte du monde, je la ferai après , avec un peu d’"animation culturelle" durant le service militaire et un CAP d’ajusteur en formation d’adulte. C’est l’époque où je partage mon temps entre un rôle actif dans les mouvements contre les marées noires et les projets de centrale nucléaire en Bretagne (CLIN comité locaux d’information sur le nucléaire) et une expérience riche humainement de travail comme ouvrier. Et puis après un licenciement suite à un conflit du travail majoritaire dans l’entreprise je reprends un parcours plus classique via quelques années d’enseignant en formation continue d’adultes (Greta de Brest). J’y apprend beaucoup en pédagogie active, en travail sur les compétences et je me forme sur le tas dans l’informatique alors émergente avec l’apparition des micro-ordinateurs en créant un BTS en formation par unités capitalisables.

En reprenant des études (maitrise en informatique à l’[UBO>http://www.univ-brest.fr/], option informatique à Telecom Bretagne) je me rends compte que les mécanismes d’apprentissage acquis plus jeune, permettent de s’adapter et d’apprendre tout au long de la vie. Cette formation continuée m’amène à Telecom Bretagne comme ingénieur, enseignant chercheur puis directeur adjoint de la formation, fonction exercée aujourd’hui .

En parallèle l’implication associative se prolonge par une adhésion aux Verts et la participation à la majorité municipale depuis 1996. Une implication qui a permis d’ouvrir toute une série de projets à Brest autour des papis (92 points d’acces publics à internet) de l’écrit public,de l’expression multimédia (wiki-brest, médiablog) et de la mise ne réseau des acteurs au pays de Brest et ailleurs. voir la présentation de quelques activités sur la page auteur : http://www.a-brest.net/auteur2.html

Aujourd’hui, quelle est ton activité ?

Avec une dizaine d’années de recul, c’est autour de la coopération, de la mise en communs que je trouve un fil conducteur à toutes mes actions. La démarche participative mise en œuvre localement traduit une attention aux projets et une démarche volontariste de mise en réseaux. Aujourd’hui les différentes dimensions présentées interagissent : Les PAPI sont des lieux d’accueil pour créer un site et apprendre à publier, s’informer sur le logiciel libre et l’utiliser, écrire sur wiki-brest ...

L’appel à projet intègre chaque année de nouvelles dimensions : l’écrit public, la reconquête de l’estime de soi, l’expression multimédia, les collectes de mémoire. A chaque étape, mon expérience s’enrichit du croisement de réseaux d’acteur-ice-s de l’accès publics (CreAtif) des observatoires d’usages et de l’innovation (OTV, AVICCA, FING, Marsouin) et de l’implication citoyenne (Vecam, I3C->http://www.i3c-asso.org/]). Le travail de ces réseaux autour du logiciel libre et des biens communs, leurs pratiques coopératives, la publication de contenus réutilisables, reflètent cet essaimage du logiciel libre et de la la mise en biens communs.

La volonté de "donner à voir" et de mettre en communs expériences et actions amène les questions des biens publics trop rarement mis en biens communs. Aujourd’hui les productions intellectuelles sont souvent numérisées et leur reproduction, leur diffusion a un coût quasi nul.

Quel sens donnons-nous à l’interdiction de diffusion a priori, liée au droit d’auteur lorsqu’il s’agit de productions utiles à d’autres et financées par l’argent public ?

Pourquoi, alors que des licences comme les Creative Commons permettent d’élargir les droits de ré-utilisation est-il, en général, interdit en France de copier, de réutiliser, de mettre en "communs" ce qui est produit par les acteurs du service public ?

Plusieurs raisons se mêlent : la méconnaissance de cette question des droits, la peur du porteur de projet de voir son idée "copiée", le "pouvoir" de détenir seul ou à quelques uns l’information ... Pour comprendre les freins et motivations une recherche "Bicoop" est initiée au sein de l’Institut Télécom et en parallèle des initiatives sont prises avec les réseaux d’acteurs Brestois pour élargir les biens mis en communs reliant ainsi recherche, compréhension et action.

Les initiatives développées à Brest s’appuient sur l’implication des acteurs locaux, le travail en réseau dans les régions et l’animation par les 7 personnes du service de la ville. Les principes d’équité, de solidarité, d’autonomie s’appuient sur les initiatives et les accompagnent. Mais, c’est avec les acteurs de l’insertion que nous avons appris l’importance de la reconnaissance et de la reconquête de l’estime de soi, avec les études de Marsouin, que nous avons mis des mots sur les paliers d’apprentissage, avec Archipel du libre et Free Eos, nous avons appris à fabriquer le CD ou à créer une photothèque coopérative, avec les webtrotteurs que nous avons inventé le Médiablog, avec les acteurs de Wikimédia France et les collectes dans la cité, nous avons construit wiki-brest.

Et c’est ensemble que nous avons (élu, service, associations, "réseaux communautaires") appris le travail collaboratif et la mise en biens communs de nos productions informationnelles, une démarche que j’essaie d’appliquer aussi aujourd’hui à ma délégation sur l’économie sociale et solidaire

Quelques liens vers une sélection de sites Internet te concernant ?

Avec les sites que je co-anime je n’ai guère de temps pour un blog perso, un choix hérité d’un vécu personnel d’implication associative et collaborative.

- http://www.a-brest.net (lettre hebdomadaire du lundi sur l’appropriation sociale d’internet et du multimédia)
- http://www.eco-sol-brest.net (lettre hebdomadaire du mercredi sur l’économie sociale et solidaire au pays de Brest)
- http://www.brest-ouvert.net (lettre hebdomadaire du samedi sur lécologie politique au pays de Brest)
- http://www.bretagne-ecologie.info (lettre hebdomadaire du dimanche)
- http://www.creatif-public.net autour de l’accès public en France
- http://www.wiki-brest.net espace d’écriture collaborative .
- http://www.bureau-libre-free-eos.info/, le site du projet bureau libre.
... et une vingtaine de wikis locaux au fil des initiatives et projets

C'est où ?

Ajouter à Netvibes | Syndiquer les portraits | SPIP SPIP | Partenaires
Soutenir par un don